Maudit orage !!

A Servian en juillet c’est l’été.

Sur la place du marché, on va jouer !!

L’estrade est montée

Les chaises sont installées

Plus que le décor à planter.

 

Dans le ciel le soleil brille

Aucun nuage, le bleu scintille

Sur la scène brûlante, on transpire

L’air est sec, de chaleur on va mourir

Il faut  se mettre à l’ombre, vite finir.

Encore une vis, un écrou, un tableau à redresser

Ensuite on pourra se rafraichir, se désaltérer

Mais soudain un nuage noir apparait

L’air inoffensif, pas de quoi s’inquiéter

 

Brusquement le ciel s’obscurcit, les rideaux s’agitent

Sur le sol surchauffé, la pluie crépite

Fine d’abord, diluvienne ensuite

On tente de tout abriter, mais c’est la fuite

Au carré d’as on se replie, on se réfugie

La séance est annulée, les spectateurs remerciés

On ne pourra pas jouer, on enrage

On n’avait pas invité ce maudit orage

C’était la soirée des Bambades

Francine